Technique de Ciselure : Le Tracé Matis

Le tracé matis est un décors de surface faisant partie des savoir-faire de l'orfèvre-ciseleur. Il s'applique sur l'objet à décorer, maintenu sur un boulet, par la mise en ciment.

Il existe deux techniques pour ce décor: le tracé matis "simple" et le tracé-matis à fond descendu.

Le tracé-matis simple

À partir d'un dessin, on transfère le motif sur l'objet ou la plaque en métal puis on l'accentue à la pointe à tracé afin d'y repousser en surface le décor. Pour cela, on utilise des ciselets et un marteau. Il est essentiel d'avoir un nombre important de traçoirs (ciselet spécifique à la technique du tracé matis), pour pouvoir suivre sans peine les courbes du décors.

Pour cela, les traçoirs doivent être secs, c'est-à-dire ne mesurant pas plus d'1 mm d'épaisseur et légèrement méplat pour faciliter leur direction. Ils s'utilisent comme un crayon, effectuant des pleins et des déliés, le tracé est réalisé avec force et légèreté. Une fois le motif accomplis au traçoir, on vient adoucir à la toile émeri les marques laissées par le transfert du motif.

Enfin, on y ajoute les ombres et lumières. On utilise alors des ciselets appelé mats. Des outils aux textures multiples matifiant la surface contrastant avec l'éclat du métal vierge. Ainsi, le dessin est mis en valeur, ou on pourrait même dire, mis en couleurs. Cette étape s'effectue par ordre chronologique : on débute par les fonds à l'aide d'un mat "grenu" (mat plutôt grossier en surface) posé de manière bien uniforme et on termine par les mats plus doux situés sur les formes du dessin comme les feuilles et fleurs leurs donnant du volume et du mouvement.

À l'origine de la ciselure, ce sont les feuilles d'acanthe qui dominent l'ornementation des objets. Ainsi, chaque style et époque ont alors leurs caractéristiques dans la réalisation de ce motif. Par exemple, le style Louis XIV, respectant une symétrie aux feuilles retroussées se distingue du style Louis XV, aux courbes et contre-courbes multiples et une ornementation exubérante. C'est pour cela qu'il est important de connaître chaque style associé a son ornementation afin d'y reconnaître les époques.

Le tracé-matis à fonds descendus

Plus riche en modelés que le tracé-matis simple, le tracé-matis à fond descendu possède de légers reliefs, car l'angle du sillon laissé par le traçoir est descendu à l'aide d'un ciselet mat méplat. L'épaisseur du trait est ainsi visible. Par conséquent, il faut prendre en compte le rétrécissement du motif en effectuant le tracé avec un traçoir plus épais qui passera à l'extérieur des repères du motif. Une fois le tracé extérieur réalisé, on aplanie le fond au mat.

L'outil doit être méplat afin d'éviter les éventuelles marques est ainsi créer un fond uniforme. La profondeur laissée par le mat n'excède pas les 4 à 5/10 de millimètre. Ensuite, les refends du motif sont repris aux godronoirs et les ornements, eux, seront modelés avec des mats plus doux. Une fois le décor au mat terminé, on reprend toutes les lignes du dessin avec un biais (outil clair) pour préciser les formes et les courbes. On finit par des coups de bouge (outil spécifique au motif) situé dans les yeux des feuilles d'acanthe.